Vivre pied nu : marcher pied nu en ville

Vivre pied nu, marcher pied nu (barefooting en anglais) fait un bien fou, ça donne une sensation de légèreté incroyable en plus du fait de rééquilibrer physiquement le marcheur. Parce que oui, ça remet les choses en place au niveau du dos, du bassin, de la colonne vertébrale. Mais pas que ! Explications…  

Depuis que je marche pieds nus dans ma maison et l’été dehors, dans le jardin, en plus du fait que mes pieds ont pris leur véritable pointure (et pas celle atrophiée suite au port des chaussures classiques depuis le plus jeune âge), je ressens tout de suite un manque lorsque je mets des chaussures fermées ou même de simples sandales. Alors au début je ne me rendais pas bien compte de ce qui m’arrivait, jusqu’à ce que je percute qu’en fait, c’était ce massage automatique de la plante des pieds sur le sol qui me manquait !

Car oui, en plus de la liberté de mes pieds, de la liberté de mouvement et de respiration du pied qui se retrouve libre, sans entrave au fond d’une paire de chaussures lorsque l’on marche pieds nus, il y a aussi ce massage naturel qui se produit au niveau de la plante des pieds.

Vivre pied nu et se faire masser la plante des pieds par le sol

vivre pied nu

Le fait de marcher sur de l’herbe, de la terre, du sable, du bitume ou des cailloux, c’est mettre le pied et la plante du pied dans diverses positions et au contact de différentes matières. C’est le voir, les voir ! être épousés par l’herbe et le sable, creusés par les cailloux, mis à l’écart sur le bitume. Ainsi, le pied se retrouve au contact de différentes formes qui effectuent un massage à chaque passage.

Du coup, dès que je ressentais ce manque, je retirais les chaussures et je me mettais pieds nus.

La réflexologie plantaire et le vivre pied nu

Lorsque l’on marche pied nu, cela muscle le pied et renforce les articulations. Les pieds ont une trentaine d’articulations ! Des articulations qui d’un seul coup bougent lorsque par exemple les orteils peuvent s’écarter, jouer un rôle de préhension, de propulsion. Des articulations qui d’habitude ne sont jamais sollicités avec le port classique des chaussures et, qui se trouvent donc plus ou moins atrophiées.

Les différents systèmes amortisseurs du corps sont également mis à contribution : pieds, chevilles, genoux, hanches, colonne vertébrale.

Mais ce que j’ai aussi constaté, et qui est une interprétation toute personnelle en faisant le rapprochement avec la réflexologie plantaire, c’est l’effet quasi immédiat sur tout le reste du corps. Et pourquoi ? Parce que sous nos pieds se trouve la projection de tous nos organes et systèmes du corps. Ainsi, en massant par exemple une zone plantaire, il est possible d’agir à distance sur la partie du corps correspondante (voir illustration ci-dessus). Du coup, en marchant pied nu, certaines zones se trouvent automatiquement massées et procurent un bien-être quasi immédiat. Alors qu’enfermées dans des chaussures, cela n’arrive jamais, bien au contraire…

A l’image des lunettes qui sont des béquilles pour nos yeux et les empêchent de progresser pour mieux voir, les chaussures sont des béquilles pour nos pieds et nos jambes et font de nous des handicapés à vie. Car en plus de déformer nos pieds, les chaussures les isolent des bienfaits qu’apportent le contact direct du sol.

Alors je ne vais pas recommencer ici à détailler les effets bénéfiques des ions négatifs sur le corps humain lorsque ce dernier fait ce pour quoi il est fait à la base, à savoir marcher pied nu où qu’il se trouve (voir à ce propos l’article sur l’électrosensibilité et en particulier le paragraphe Les ions négatifs pour se relier à la terre).

Par contre je vais faire un écart, ou un impair, avec mon approche habituelle à ce sujet en parlant de chaussures minimalistes.

Quoi ! des chaussures ! dans un article parlant de marcher pied nu !??? M’enfin, Odile !!!

Marcher pieds nus en ville avec des chaussures minimalistes

Oui, parce que je me suis aperçu avec la pratique que je n’étais pas prête à me lancer pieds nus n’importe où ! J’ai d’abord testé la version en chaussettes dans ma campagne normande, après la version réellement pieds nus dans mon jardin ou dans la maison. Mais au-delà ? Et surtout, comment m’habituer relativement rapidement à marcher ainsi n’importe où ! et oui, encore…

vivre pied nu

Chaussures minimalistes, modèle Sneaker leguano. Elles se portent sans chaussettes puisqu’elles épousent le pied. La durée de vie des semelles est similaire à celle de chaussures de sport, sur asphalte environ 800 à 1.000 km.

Marcher comme en étant pieds nus, donc en ressentant le sol comme si on était réellement pieds nus ! Tout en étant protégé des risques de blessures. Voilà ce qui m’a décidé à passer à cette étape que je qualifie d’intermédiaire.

Ainsi, marcher en ville, ou n’importe où ailleurs sur du bitume ne pose aucun problème. Tant au niveau du regard des autres (quoique… le modèle que j’ai choisi ressemble beaucoup à des chaussettes ! mais je n’ai pas encore eu de remarques après deux semaines d’utilisation…) qu’au niveau de la sécurité (éclats de verre, par exemple).

Ces chaussures dites minimalistes sont souples, fines et résistantes. Elles permettent ainsi de profiter de la marche pieds nus (en dehors de l’apport des ions négatifs d’où l’importance de marcher aussi réellement pieds nus !) en faisant travailler tous nos muscles. Parce que oui, marcher pieds nus muscle les pieds. Marcher pieds nus active la circulation du sang et permet donc au pied de se réchauffer naturellement tant qu’il est en action.

Ainsi, peu importe la saison, la marche pieds nus, le vivre pied nu n’est pas uniquement réservé à la période estivale ! En dehors des beaux jours il est tout à fait possible de vivre pied nu ou de s’en approcher énormément avec cette étape intermédiaire qu’est la chaussure minimaliste, en particulier en ville et ce toute l’année.

Enfin dernier point et pas des moindre, c’est la véritable joie ressentie. Je me sens toujours comme une gamine lorsque je marche ainsi dehors. La joie de vivre ! que parfois je me surprend à sautiller ou presque à danser.

Alors maintenant, il ne me manque plus que la dernière étape à tester, vivre pieds nus l’hiver ! A suivre…

Odile

Pour en savoir plus :

  • 24
    Partages
  • 24
    Partages
mattis elit. felis ut libero venenatis, vel, at Nullam dolor ut Praesent