Vivre à l’année sur un terrain non constructible

Vivre à l’année sur un terrain non constructible peut se révéler un vrai casse tête avec la législation française, pourtant il existe une possibilité toute simple, c’est de trouver un terrain non constructible avec déjà… une construction dessus !

vivre à l’année sur un terrain non constructible

Grange (aménagée) sur un terrain non constructible.

Il fut une époque où les campagnes se vidaient pour que ses habitants aillent remplir les villes et les usines qui embauchaient à tour de bras. Il fut une époque où des villages entiers sont mort suite à cette désertification des campagnes. Il est une époque où des maisons vides peuvent à nouveau être habitées si l’on est prêt à y faire les travaux nécessaires.

Vous aimez la nature et ne savez pas comment faire pour trouver votre home sweet home parce que vous avez un petit budget ? Alors commencez par jeter aux orties toutes les idées préconçues habituelles :

  • Non vous n’êtes pas obligé de passer par les histoires de roulotte, tiny house, camping car, camion, mobil home, yourte, etc. sauf si le cœur vous en dit ! (avec les histoires d’autorisation ou déplacement de votre logement selon les idées de la commune et du conseil municipal du moment). Disons que la solution du tout installé – dans un mobil home et autres approches du même genre – est à garder si le sans travaux à effectuer est primordial pour vous.
  • Oui vous pouvez vivre à l’année sur un terrain non constructible, ce qui niveau finances va d’un seul coup être beaucoup plus abordable. Rendez-vous compte, pas besoin d’un crédit sur vingt ou trente ans pour avoir votre chez vous ! mais pour ça il ne faut pas avoir peur des travaux

Vieille maison sur un terrain non constructible. Ici, dans les années 1950, il y avait encore un village, qui depuis a été abandonné. Cette maison est la seule encore visible, elle n’est pas totalement enfouie sous la végétation. Elle est maintenant sur un terrain non constructible.

Vivre à l’année sur un terrain non constructible, comment faire ?

Pour vous expliquer tout cela, comment vivre à l’année sur un terrain non constructible, je vais laisser parler une personne qui le fait. Un homme qui vit ainsi, qui a fait ce choix (voir la vidéo au bas de l’article).

Comment vous y êtes-vous pris pour vivre à l’année sur un terrain non constructible ?

D’abord la première chose à dire c’est que j’y ai passé beaucoup de temps, au total ça m’a pris presque 2 ans. Avant j’avais un « petit » terrain de 2000 m2 environ ce qui m’a donné l’expérience pour savoir ce que je voulais, ce que je ne voulais pas, et ce qui était indispensable. Donc j’ai commencé par faire une liste de chacune de ces choses pour savoir quel était le terrain « minimum » dont j’avais besoin puis à l’opposé du minimum quel était « le rêve » idéal en sachant que ce ne serait pas possible de toute façon d’avoir le terrain parfait.

Ces listes m’ont permis de gagner du temps en éliminant des lieux sans perdre du temps à les visiter et aussi ça m’a permis d’orienter mes recherches : quand on sait ce qu’on cherche précisément c’est plus simple de trouver que lorsqu’on navigue au hasard. Après concrètement j’ai procédé de 3 manières différentes :

    • Éplucher les annonces sur Internet.
    • Chercher dans les villages des panneaux de terrains à vendre ou des annonces qu’on ne trouvait pas sur Internet (la boulangerie du village par exemple, quand il y en a une, est un endroit où on trouve souvent des annonces scotchées sur la porte ou à l’intérieur).
    • Chercher des terrains agricoles abandonnés dans les campagnes et proposer au propriétaire de leur acheter.

La première méthode, Internet, m’a donné pas mal de terrains intéressants mais tous trop chers pour moi (certains montants allaient jusqu’à 20 voire 25 000 euros!!!!). Paru Vendu a quelques bonnes affaires (mais ça reste cher) et le bon coin aussi.

La seconde méthode m’a permis de trouver une demi douzaine de terrains au total. Les deux derniers terrains qu’on voit dans la vidéo je les ai trouvé comme ça : un panneau dans un champs et une petite feuille A4 avec le numéro des parcelles et un numéro de téléphone.

La troisième méthode est celle qui m’a donné le plus de terrains intéressants. Moi je l’ai fait dans à peu près toute la France, et parfois je revenais sur place après contact avec le propriétaire pour revoir quels étaient exactement les parcelles du cadastre qu’il possédait. Mais vous n’êtes pas obligé de parcourir TOUTE la France, vous pouvez déjà vous concentrer sur les zones qui sont autour de chez vous, à moins d’une heure de voiture par exemple si vous ne vivez pas dans un lieu trop densément peuplé.

Donc concrètement comment j’ai fait. Commencez par repérer sur une carte les endroits potentiellement intéressants, faiblement urbanisés et faiblement peuplés. Pour le reste je vais vous dire la même chose que je dis toujours : la première chose à faire c’est d’aller repérer les terrains agricoles à l’abandon dans les campagnes : vous les reconnaissez en observant la végétation. Puis ensuite vous allez sur Internet, sur le site géoportail, et vous identifiez les numéros de parcelles que vous avez trouvé dans les repérages et que vous avez noté sur votre carte. Puis vous contactez la mairie du village pour avoir l’adresse du propriétaire, et pour finir vous écrivez au propriétaire pour lui faire une offre (pour proposer une somme raisonnable regardez les prix de la terre agricole dans la région du terrain sur le site du ministère de l’agriculture).

Vous allez avoir une tonne de refus, genre 90% de refus, mais aussi quelques personnes qui seront intéressées. Voilà en gros comment j’ai trouvé une large partie des terrains. Pour ce qui se vend sur Internet les prix sont généralement très élevés je trouve. Tandis que si vous achetez le terrain à quelqu’un qui l’avait mais ne cherchait pas particulièrement à le vendre, eh bien il peut demander une somme plus raisonnable.

Si la terre n’est pas constructible pourquoi y a t-il une grange ?

Un terrain agricole n’est pas un terrain non constructible, c’est un terrain sur lequel les construction sont encadrées par la loi et limitées aux seuls agriculteurs. Mais si vous achetez à un agriculteur sa maison sur un terrain agricole ce n’est pas parce que vous vous n’avez rien le droit de construire dessus que, pour autant, vous n’avez pas le droit de posséder le bâtiment que quelqu’un d’autre à construit. Cette grange est là depuis plus de 30 ans, il n’existe donc aucun moyen légal de me forcer à la détruire même si je ne suis pas agriculteur.
Note personnelle : Il peut également y avoir des bâtiments sur un terrain qui n’est plus constructible mais qui l’a été par le passé.
 Il n’est pas nécessaire que le terrain soit constructible pour qu’il soit légal qu’il y ait un bâtiment dessus. Ma grange est un bâtiment légal sur un terrain non constructible et la maison c’est encore pire car c’est non constructible depuis des décennies et que la maison est là depuis des centaines d’années ! Si le bâtiment a été construit légalement alors le terrain peut parfaitement devenir par la suite non constructible, ça n’oblige pas à détruire les bâtiments existants, ça veut juste dire qu’il est interdit de construire des bâtiments supplémentaires.
Un terrain “non constructible” veut dire, comme son nom l’indique, qu’il est interdit d’y construire quelque chose. Ca ne veut rien dire d’autre, rien d’autre n’y est interdit.
Vivre à l’année sur un terrain non constructible…

Le tout est en agricole ou en forestier ?

C’est en agricole, même la forêt est en agricole vu que c’est un bois qui a poussé sur un champ.

Êtes-vous loin d’une ville ?

Oui, la grande ville la plus proche est à une heure de voiture environ, donc deux heures d’allée/retour à chaque fois qu’on veut y aller.
Je suis dans une zone très peu peuplée, les villages ont en moyenne entre 50 et 300 habitants.

Comment cela se passe pour les impôts ?

Je paye des taxes foncières sur la commune où je vis et j’en paye d’autres sur la commune sur laquelle je suis légalement domicilié. (voir plus bas au sujet du courrier)

Vivre à l’année sur un terrain non constructible…

Avez vous le “droit” d’habiter dans un endroit “hors normes sanitaires” ?

En France on a légalement le droit de dormir dans un carton sur un trottoir… On n’a pas le droit de louer un habitat hors norme sanitaire comme vous dites, mais on peu dormir où on veut, y compris dans un carton sur un trottoir donc (c’est à dire sans aucune norme sanitaire pour le coup)… Légalement personne ne peut vous en empêcher. Toutes ces lois sur le logement ont été mise en place pour protéger les locataires des abus de certains propriétaires malhonnêtes.Elle ne sont pas là pour empêcher les propriétaires de dormir dans leur propriété.Vous n’avez pas le droit de louer votre logement avec un robinet qui fuit ou des fenêtres cassées qui laissent la pluie tomber dans le salon, par contre si vous avez envie d’y vivre vous même sans réparer le robinet ou les fenêtres, eh bien vous avez le droit.

Avez-vous l’électricité et le tout à l’égout ?

Je produis ma propre électricité et le tout à l’égout sert à l’évacuation des eaux usées, or je ne produis aucune eau usée.

Vivre à l’année sur un terrain non constructible…

Comment faites-vous pour le courrier ?

D’abord j’ai utilisé l’adresse d’une personne de ma famille à des centaines de kilomètres de la Franche Comté, puis par la suite celle de quelqu’un d’un autre village à côté, puis celle d’un bâtiment désaffecté dans encore un autre village.
Maintenant si vous n’habitez pas loin des routes comme moi, si le facteur peut aller chez vous, eh bien ce n’est pas par rapport à l’adresse que vous devez vous poser la question, c’est par rapport au droit qui vous est accordé ou non par la commune d’habiter dans une caravane, un tipi ou une yourte, si votre choix va plutôt dans cette direction.
Certaines communes autorisent l’habitat en caravane par exemple, et d’autres le limitent à 3 mois par an. Donc ça va dépendre des communes. C’est pour ça que je dis bien dans ma vidéo qu’il faut se renseigner AVANT d’acheter.
Vivre à l’année sur un terrain non constructible…

Faut-il faire une déclaration spécifique en mairie et à quel service, pour vivre dans une yourte ou une caravane ?

Si vous vivez dans un village qui autorise ce genre de mode de vie eh bien en général il n’y a pas différents services, il y a juste un ou une secrétaire de mairie à contacter pour demander les renseignements. Si vous avez l’air sérieux et que vous n’avez pas l’air d’un faiseur de problème à la rigueur c’est plus important que tout le reste, ils peuvent toujours faire preuve de souplesse.
Moi, légalement, j’habite sur une autre commune, mais sur ma commune il y a un gars qui vit dans une caravane et c’est un gars sérieux qui n’embête personne, eh bien la mairie ne l’embête pas non plus.
Vivre à l’année sur un terrain non constructible…

Comment faire pour ne pas perdre son emploi avec un choix pareil de vie ?

Vous parlez de “perdre son emploi”, le meilleurs moyen de ne pas avoir peur de perdre son emploi c’est d’être son propre patron. Un plombier, un maraicher, un ramoneur, un couvreur ou un pizzaïolo n’ont pas peur de perdre leur emploi parce qu’ils n’ont pas de patron. Moi je suis auto-entrepreneur donc personne ne peu me virer.
Soit dit au passage avant je faisais le même boulot pour un patron qui ne me payait pas mes heure supplémentaires donc c’est aussi un truc à prendre en compte pour améliorer son niveau de vie, c’est l’une des choses qui m’a motivé à vivre comme ça et à passer auto-entrepreneur. Pour vivre je travaille donc comme auto-entrepreneur pour des clients dans un domaine qui n’a rien à voir avec l’agriculture. Je gagne pas beaucoup d’argent mais comme je dépense très peu ça me suffit.

Voilà, je tenais absolument à vous partager ce témoignage que je trouve très intéressant, très inspirant ! En fait, à mon niveau, si je devais maintenant chercher à me loger, je crois que c’est une idée qui me tenterait beaucoup…
Odile
Note : J’ai bien des choses à apprendre pour arriver à mon indépendance énergétique
  • 7
    Partages
adipiscing dolor. Phasellus eleifend ut facilisis leo libero accumsan