Réapprendre à marcher pieds nus et créer l’humain de demain

Réapprendre à marcher pieds nus et créer l’humain de demain, cet humain capable de vivre en parfaite harmonie avec ce monde technologique qui va poursuivre son développement (et sans avoir pour autant besoin de se nanotechnologiser) et la nature, tout en étant au mieux de notre forme, tout en étant en parfaite santé !  

réapprendre à marcher pieds nus

(crédit photo : hohlstein)

C’est dans marcher pied nu, vivre pied nu, mon expérience, que je vous montrais mes débuts, mes balbutiements devant cet appel irrésistible que je ressentais alors pour cette marche avec les pieds nus. Je vous y détaillais à quel point toutes les chaussures déformaient nos pieds. Dans vivre pied nu, marcher pied nu en ville, je vous montrais où j’en étais, comment je pratiquais et les transformations au niveau de mes pieds.

Je poursuis, avec cette prise de conscience supplémentaire des répercussions de la marche pieds nus sur notre santé générale en ce XXIe siècle.

Réapprendre à marcher pieds nus et créer l’humain de demain : Retranscription de la fin de la première partie de la vidéo

Pourquoi décider soudain de marcher dehors, pieds nus

Vous voulez vous sentir mieux, être en meilleure santé ? Allez marcher pieds nus. Allez vous balader, passer du temps dehors, et passé du temps dehors pieds nus. On est, je vais le redire, un animal humain, l’espèce humaine.

Et qui dit animal dit fait pour vivre dehors, mais 80 à 90% du temps ! pas enfermé dans des maisons et pas enfermé, assis, sans bouger. Donc si vous avez des problèmes, je sais pas moi, des douleurs dans les membres. Et puis, bah vous avez des douleurs, mais en fait vous êtes enfermé du matin au soir, et vous êtes assis du matin au soir. Cherchez pas, c’est que vous n’avez pas un problème de santé, vous avez juste un problème de déconnexion au vivant. C’est pas un problème de santé du tout. C’est que vous avez besoin d’aller dehors et de vous reconnecter au vivant. Alors allez marcher.

Moi je suis toujours pieds nus et c’est un réel plaisir. Alors, la saison s’y prête là. Quand je fais la vidéo là, on est au mois de mai, il fait un temps magnifique ! Et ce même si déjà avant on a eu de super belles journées et que j’avais déjà commencé à marcher pieds nus au mois d’avril. Mais voilà quoi, c’est quelque chose d’hyper important à faire.

Réapprendre à marcher pieds nus

(crédit photo : Wokandapix)

Marcher pieds nus en ville ?

Alors le souci, si on peut appeler ça un souci, c’est le retour à la civilisation. Ok Odile, tu marches pieds nus dans l’herbe, d’accord. Tu es à la campagne, mais quand on vit en ville ? En fait c’est pas uniquement quand tu viens en ville, car ne serait-ce que de marcher sur du bitume, il n’y a rien de plaisant à marcher sur du bitume. Moi j’aime pas ça. Et puis aux yeux des autres, de la société, les gens ne vont pas accepter. Ça ne fait pas partie des us et coutumes.

Notre culture n’est pas de marcher pieds nus, et sûrement pas en ville. Vous ne rentrez pas dans un magasin en vous baladant pieds nus. D’où l’intérêt des petites chaussures minimalistes. Et puis pour l’été, quand il fait chaud, je me suis achetée, je vais vous les montrer quand je vais revenir, je vous les montrerais tout à l’heure, des petites sandales pareilles,  même matériau au niveau de la semelle, mais style un petit peu tongs sur le dessus.

Réapprendre à marcher pieds nus…

Ions négatifs et posture du dos, de la colonne vertébrale

Alors vous allez me dire, “ouais mais tout ça, ça ne te fait pas respirer ton pied. Et avec tes histoires de ions négatifs, c’est toujours isolé du sol avec ta semelle.” Oui mais je suis toujours à plat. C’est comme si je marchais pieds nus au niveau de ma colonne vertébrale. Par contre effectivement, au niveau du mon contact au sol et des ions négatifs, il faut que je les retire pour pouvoir profiter pleinement du bien-être qu’apporte la nature.

Donc ces petites sandales je les ai achetés. Je les ai commandés. C’était pendant la période de confinement. Donc c’était compliqué, surtout qu’elles venaient d’Espagne. Alors j’ai quelques ajustements à faire parce que bon, elles me plaisent bien, elles sont confortables, mais il y a un truc qui me chiffonne et j’ai pas encore fait beaucoup de marche avec. J’ai juste essayé comme ça chez moi. Donc j’ai des trucs à adapter pour en être pleinement satisfaite.

J’ai mis du temps à les trouver. Alors après vous allez me dire, c’était la période de confinement. J’en avais vu d’autres qui me plaisaient bien mais, qui disait confinement, disait qu’il n’y avait pas de fournitures, les magasins même en ligne étaient fermés, ils ne fournissaient pas. Peut-être que j’aurais trouvé quelque chose mieux ailleurs, bon c’est fait.

Je vais améliorer la chose, ça me gêne pas. Je vais vous montrer ça et puis après, bah si vous voulez tenter l’aventure, l’expérience, bah vous aurez déjà des bases de comment moi je m’y prends. Et puis vous, comment vous pouvez faire en fonction de ça. Ou peut-être vous pratiquerez autrement ! qui sait. Ou peut-être ça va vous donner des idées, si vous n’avez encore jamais commencé, si vous ne vous êtes pas encore lancé dans une expérience de ce genre.

Réapprendre à marcher pieds nus…

Vivre pleinement dans notre monde à la fois technologique et naturel

Parce que pour moi la solution, j’insiste là-dessus, mais pour moi la solution, ce n’est pas de fuir le monde dans lequel on vit. Que ce soit par rapport aux ondes, je vais reparler pour les électrosensibles et tous ceux qui fuient les ondes, etc C‘est juste de renforcer nos corps, de retrouver tout le plein potentiel de nos organismes qui eux, de par notre manque de repos, de par notre façon de vivre, mais pas forcément des ondes, c’est juste la déconnexion au vivant qui fait qu’on est complètement affaibli et on ne supporte plus rien. On ne supporte plus les ondes même si c’est des ondes soi-disant à outrance. Donc voilà, je vais m’arrêter là tout de suite, je vous reprends dans quelques minutes, enfin ça va être plus que quelques minutes. Le temps que je termine mes course. Là j’arrive bientôt à La Ferté Fresnel, je vous reprends après et je vous montre mes petites sandales. Voilà à tout de suite…

Réapprendre à marcher pieds nus et créer l’humain de demain : Retranscription de la deuxième partie de la vidéo

Réapprendre à marcher pieds nus

Voici les sandales minimalistes que je me suis achetée. Le réglage à faire est particulièrement casse pieds ! c’est le cas de le dire. Par contre au niveau esthétique, je les trouve très chouette et au niveau confort, c’est bon quand on arrive à les régler correctement (mais il faut recommencer trop souvent ! le cuir se détend). Elles viennent d’Espagne. (cliquez sur l’image pour voir la boutique en ligne)

Bon alors finalement c’est pas quelques heures après, la reprise pour vous montrer les fameuses sandales que j’ai achetées…

Pour choisir ses sandales minimalistes, faire attention aux histoires de réglages des lanières !

Alors c’est pendant la période de confinement que j’avais commandé mes sandales, elles sont venues d’Espagne (voir photo ci-dessus). Je les ai là parce que j’étais un peu chagrin. Je me disais, mais mince, j’ai mis un certain prix là-dedans. Faut bien que j’arrive à les utiliser correctement quand même ! Et là, j’ai encore quelques petits réglages à faire.

Alors je vous les montre, le pied gauche est impeccablement réglé. Je marche sans problème avec. Voilà, ça ne me pose aucun souci. Je suis confortable dedans, c’est bon. C’est souple. La semelle c’est du même genre que les leguano, mes autres petites chaussures minimalistes. Par contre le pied droit, j’ai encore un problème de réglage à faire. Ça bouge là. Je ne sais pas ce que je n’arrive pas à régler par rapport à l’autre pied. Si j’arrive un pied, je vais arriver le deuxième logiquement. Parce que dépenser 80 euros (avec les frais de port pendant le confinement) pour une paire de tatanes, si j’ai des bidouillages à faire, ça va me plaire très moyennement… Mais sinon, elles me conviennent bien.

C’est pour ça que je les avais choisi. Pour marcher ça le fait. C’est juste une histoire de réglage. C’est confortable. On a le pied à l’air. On marche comme si on était pieds nus, ce qui permet, là où je marche par exemple en ce moment, c’est plein de cailloux etc.

Réapprendre à marcher pieds nus…

Alterner marche en chaussures minimalistes et marche pieds nus

Là je suis sur mon fameux chemin. Je retourne à La Ferté refaire des petites courses et donc bientôt, bah je vais me remettre pieds nus. Je vais retirer les petites sandales. Mais c’est pour vous montrer ce que j’ai choisi. Et donc dès que je vais revenir proche de la ville, eh bien je remettrai mes petites sandales tout en ayant le pied à l’air. Le pied comme si je marchais pieds nus, mais juste avec une protection d’une semelle. L’été ça permet d’avoir le pied complètement comme si on est en tongs. En fait hein, c’est ça le principe. Sauf que là il y a deux sangles qui font le tour, parce qu’à la base, c’est étudié pour des coureurs. Pour des personnes qui courent. Mais il y a un sacré réglage à faire !

Alors petite précision, les lanières sont en cuir. Et je sais que j’avais vu des critiques d’utilisateurs qui disaient c’est bien joli le cuir, mais au moindre changement de taux d’humidité, il faut refaire les réglages. Alors si c’est ça mon souci … Je sais pas, je vais voir à l’usage. Et moi j’aimais bien l’idée que ce soit du cuir. Je suis toujours plus ou moins fâchée avec les histoires de trucs en matière synthétique. Mais bon bref, je vais voir à l’usage.

Réapprendre à marcher pieds nus…

Réapprendre à marcher pieds nus et avoir les doigts de pieds en éventail

Par contre là, je vous montre. Je ne sais pas si vous voyez mes orteils, mais il y a un an jamais j’aurais pu faire ça. Vous voyez l’espace là ? Je tire, je fais exprès hein, mais à avoir les pieds comprimés dans les chaussures, avant je ne pouvais pas faire ça avec mes orteils. La largeur qu’ils ont pris. L’espacement.

Ils ont pris l’habitude de bouger, ça se voit. Ils peuvent s’écarter. D’où l’expression, vous savez, les doigts de pied en éventail. Ça me fait toujours rigoler cette expression, j’aime beaucoup.

Un nouveau né, un bébé, un jeune enfant, avant que l’on s’acharne sur lui pour lui enfiler des chaussures pour qu’il apprenne à marcher, il peut bouger de faon libre tous ses orteils ! Chose que nous perdons par la suite avec le port des chaussures… Un bébé, ça a très facilement les doigts de pieds en éventail ! (crédit photo : sippakorn)

Bah voilà, là j’ai les doigts de pied en éventail. On retrouve un usage qu’on a complètement perdu hein, quand on est enfermé dans des chaussures. Quand je dis qu’on est atrophié, mais c’est juste hallucinant ! Regardez la largeur du pied. Alors effectivement, là on n’est pas dans des critères esthétiques. Là on est dans un critère de confort et de trouver la pleine capacité de l’humain. C’est mon objectif. C’est vers ça que je veux aller, que je tends. Je vais développer un peu tiens d’ailleurs, par rapport à ça.

Créer l’humain de demain, celui du XXIe siècle

C’est ne pas passer par les histoires de nanotechnologie. Pendant des années j’ai été inquiète par ce développement à outrance de la technologie, de la robotisation, des nanotechnologies. Pendant des années ça m’a effrayé. En fait maintenant ça ne m’effraie plus. Pourquoi ? Parce que je me suis aperçue que moi, ce qui m’intéressait, c’était de développer l’humain.

On a beaucoup développé la technologie. On a développé, on a acquis un savoir, au niveau matériel, ok. Mais au niveau de l’être humain, on n’a pas développé tant de choses que ça, physiquement, à part certains athlètes. Enfin  quand ils ne se gavent pas de produits pour améliorer leurs records ou leurs performances. Mais au niveau de l’humain lui même, on n’a pas tant améliorer les choses. C’est même l’inverse, puisqu’on a besoin de plus en plus de se couvrir. On a besoin de plus en plus de se protéger.

Et donc moi ce qui m’intéresse dans cette avancée, dans ce XXIe siècle. L’un de mes défis. Pourtant j’aime pas toujours ce terme de défi, mais je m’aperçois avec le temps que c’est vraiment quelque chose qui me tient à cœur, qui a un effet moteur sur sur moi. C’est faire l’humain de demain. Mais pas l’humain transformé par de la nanotechnologie. Non. L’humain transformé par les capacités de l’humain, ce qu’il est capable de faire, de développer. Comment il est capable de se surpasser.

Alors il y en a qui vont se dire, mais c’est quoi, elle nous propose de devenir quoi, des surhommes ? Se surpasser c’est se développer. Et ça veut pas dire devenir forcément des mutants, mais quelque part… il y a un peu de ça aussi. Parce que c’est la faculté d’adaptation du corps à l’environnement. Donc forcément il peut y avoir des mutations, il peut y avoir des transformations. C’est ça l’adaptation du vivant à l’environnement.

Je vais refaire un autre clin d’œil par rapport aux histoires d’ondes. On nous en parle beaucoup. On en entend beaucoup parler. Dès que je vois le titre, je zappe. En fait je triche. Je ne regarde même pas parce que c’est pas ça qui m’intéresse. Ce qui m’intéresse c’est de développer mon organisme pour qu’il soit capable de traverser tout ça sans souci. Parce que plus on s’angoisse, plus on on se fait des idées à ce sujet là, plus on se fragilise. Plus on se sensibilise.

Moi c’est ce que j’ai fait par le passé ! et donc c’est tout l’effet inverse de ce que je recherche. C’est au contraire renforcer. Pas devenir plus fragile.

Réapprendre à marcher pieds nus…

Faire la différence entre sensibilité et sensiblerie, au niveau mental comme au niveau physique

Alors j’ai vu, c’était sur un des réseaux sociaux, sur facebook peut-être bien, il y avait une personne qui me disait “Mais Odile, quelqu’un qui est plus sensible, c’est une qualité. Et ça veut dire que c’est comme quelqu’un qui ressent plus, au niveau des odeurs ou du toucher.” On peut dire que c’est une qualité, sauf si ça devient handicapant.

Note : Il y a la sensibilité humaine que je vais qualifier de normale, c’est celle d’une personne en parfaite santé. Et il y a la sensibilité à outrance d’une personne avec des problèmes de santé, c’est ce que je qualifie ici de sensiblerie. Une personne bien portante, bien équilibrée, ne tombe pas dans la sensiblerie. (à l’autre opposé de la même corde il y a les personnes qui ne ressentent plus rien !)

Or le monde dans lequel on est, qu’on le veuille ou pas, c’est un  monde technologique. Donc si on devient trop fragile pour supporter ce monde technologique, on est obligé de passer par la case, ou nanotechnologies, ou robotique. Mais il y a une autre alternative et c’est celle là qui m’intéresse.

Vivre à son époque et s’y trouver bien

C’est à dire que j’ai pas envie de m’isoler de ça parce que j’aime tout cet apport technologique. J’aime pouvoir parler comme l’on fait ensemble. Regarder des vidéos, aller sur internet. Tout ça c’est des choses que j’aime. Pour pouvoir s’y retrouver, utiliser le gps, pourquoi pas. Vous allez me dire oui mais on pourrait aussi développer notre sens de l’orientation ! L’un n’empêche pas l’autre. On peut faire les deux. On peut travailler avec les deux. Et c’est ça qui m’intéresse.

En fait j’ai pas envie de faire de coupure entre, choisir ou l’un ou l’autre. Moi je veux les deux, mais les deux en restant humaine. C’est-à-dire pas en intégrant la technologie dans mon corps. C’est ça la différence avec d’autres approches dont je citerai même pas le nom. Bref, donc pourquoi je vous parle de marcher pieds nus comme je suis en train de le faire. D’ailleurs à l’endroit où je suis, j’enlève mes sandales et je marche pieds nus comme l’autre jour. Enfin l’autre jour, comme dans le début de cette vidéo puisque du coup la même vidéo se passe avec plusieurs jours d’écart.

Savoir s’adapter naturellement à notre environnement, c’est cela devenir les humains de ce XXIe siècle. C’est arriver à développer notre potentiel d’animal humain vivant sur cette terre, tout en étant en harmonie avec notre société basée sur la technologie et avec la nature dont nous faisons partie intégrante. (crédit photo : Clker-Free-Vector-Images)

Et donc voilà pourquoi moi, je fais tout pour développer, ou pour renforcer, mon corps par des activités physiques comme celle que je suis en train de faire. La marche à pied, la marche à pied nu. Pourquoi je prends de plus en plus le soleil. Pourquoi j’ai choisi de vivre à la campagne. Ça faisait partie des choses à la base mais bon, plus j’avance dans le temps et plus je cerne les choses, plus je suis consciente de nombre de choses. Je pense que vous c’est pareil, c’est le cheminement de chacun.

Réapprendre à marcher pieds nus…

Et donc il y a cette approche de renforcer le corps tout en utilisant aussi la technologie et en n’ayant aucun problème avec ça. Mais encore une fois, c’est utiliser les deux sans forcément se transformer en robot. C’est ça mon truc. C’est développer l’humain. L’humain d’aujourd’hui, l’humain de demain, en ce XXIème siècle. Mais lui faire retrouver des choses qu’il a perdu, donc que ce soit par l’alimentation crue, que ce soit par l’hygiène de vie. Moi quand je me lave, j’utilise pas de produit. Je me lave avec de l’eau où je me brosse le corps à sec. Sinon, si je mets quelque chose sur ma peau, si j’ai besoin de nourrir ma peau en dehors de la nourrir par le biais de l’alimentation, eh bien ce que je mets sur ma peau ou sur mes cheveux ou sur mes ongles c’est quelque chose que je pourrais aussi mettre dans ma bouche et l’avaler.

Nouvelle et très ancienne hygiène de vie : respecter l’être vivant que nous sommes

L’autre jour j’étais en train de faire des recherches sur un site pour acheter (enfin je me renseignais tout d’abord) de la graisse de coco. J’utilise beaucoup de graisse de coco et je cherchais des contenants plus importants parce que ça a un coût aussi, donc je cherchais un rapport qualité prix plus intéressant. Et puis en faisant mes recherches sur la graisse de coco (ou huile de coco), je tombe sur la graisse de cacao (ou beurre de cacao). Rien à voir, vous allez me dire. Mais si je vous renvoie à une vidéo précédente, je vous avais parlé d’une petite recette que je m’étais amusée à faire avec du cacao.

Je me faisais une boisson avec donc, du cacao. Alors pas encore cru en ce qui me concerne, parce que j’ai un vieux stock de cacao à terminer et que, bah j’ai un côté économe, donc j’ai pas envie de jeter. Ou alors il faudrait que je donne à quelqu’un. Mais bon pour l’instant, ça me va bien comme ça. Je suis en bonne santé donc tout va bien ! Je continue comme ça jusqu’à ce que j’ai fini mon stock de cacao. Après j’achèterai du cacao cru.

Mais je disais donc, dans cette recette je faisais un mélange de cacao avec de la graisse de coco. Mais c’est là qu’à la base le cacao, bah il a sa propre graisse normalement (le fameux beurre de cacao !). On ne devrait pas être obligé de rajouter de la graisse. C’est encore une manipulation humaine par rapport au produit d’origine.

Alors est ce que c’est bon, est-ce que c’est pas bon, quand il y a la graisse (du beurre de cacao) ? Pourquoi les hommes ont décidé qu’il fallait séparer la graisse de cacao du produit brut ?

Et c’est ça, c’est encore des choses, je n’ai pas fait d’études là-dessus, j’ai pas recherché, mais j’étais en train de regarder ces histoires de graisse de cacao et je vois un prix tout à fait intéressant en grande quantité. Et je lis les commentaires des personnes qui avaient acheté le produit. Il y avait des personnes qui posaient la question de savoir “Est-ce que cette graisse de cacao est consommables ? Est-ce qu’on peut la manger ?” Réponse : “Ah non, c’est pas un produit alimentaire, on peut pas le manger. C’est pas un contenant alimentaire.”

Alors là, il y a eu un gros bing dans ma tête. Et je sais qu’il y a plein d’autres aliments comme ça, qui sont mis dans des récipients soi-disant pas utilisable pour la consommation. C’est utilisable pour mettre sur la peau, pour faire des produits de beauté, mais ce n’est pas ingérable. Ça n’a pas été traité pour mettre dans votre bouche (le récipient n’est pas conforme pour les produits alimentaires).

Les produits à utiliser sur soi sont uniquement ceux que l’on peut mettre dans sa bouche pour les avaler

Alors je vais vous renvoyer sur un ancien article, un très vieil article que j’avais écrit. Un article un tantinet polémique mais je l’avais fait exprès. Je suis désolée, mais tout ce que vous mettez sur votre peau, sur vos cheveux, sur vos ongles, dans votre bouche, quand vous vous laver les dents (dentifrice), vos vernis à ongles ou n’importe quoi. Mousse à raser et j’en passe et des meilleurs. Tout ce que vous mettez sur vous, ça passe à l’intérieur de votre corps.

Dire que tel produit tu peux pas le consommer, c’est pas bon, c’est juste une aberration actuelle. C’est une aberration actuelle parce que tout ce que vous mettez sur votre peau pénètre dans votre corps. Donc :

  • si vous ne pouvez pas manger un tube de rouge à lèvres,
  • si vous ne pouvez pas vous enfilez un flacon de vernis à ongles, c’est que vous ne devriez même pas l’avoir sur vous !
  • Si le shampoing que vous mettez sur vos cheveux, vous ne pouvez pas le boire au petit déjeuner, c’est que vous ne devriez même pas le mettre sur vos cheveux ! sur votre tête.
  • Si vous ne pouvez pas ingérer de la graisse de cacao (beurre de cacao) dans votre chocolat parce qu’il n’est pas mis dans le bon récipient et que c’est pas consommable, c’est qu’il y a un problème, là, quelque part. Parce que la graisse de cacao, je suis désolée, c’est quelque chose que l’on peut consommer !

Alors après il faut voir en quelle quantité, etc. Parce que c’est pas forcément non plus quelque chose à consommer à outrance. C’est peut-être occasionnellement. C’est peut-être à petite dose. Ça c’est encore un autre problème, je n’ai pas creusé le sujet. Mais je vous parle du fond et sur le fond c’est la même.

Pour certains mon approche peut se rapprocher d’un jeu de funambule en équilibre sur son fil. Et c’est vrai qu’il y a de ça ! (crédit photo : manfredrichter)

Je vais refaire un autre lien. Là je suis en train de marcher pieds nus, mais le fait de marcher pieds nus c’est le fait d’être en lien avec les énergies, avec les ions négatifs, avec tout ça. Tout ça, ça circule. Il n’y a pas de frontières. Eh bien c’est la même chose avec les produits que vous mettez sur votre peau. Ça rentre, ça pénètre. Alors en bien ou en mal, parce que tout dépend de ce que c’est.

Si vous vous faites, je sais pas moi, une petite préparation avec on va dire, allez, de l’huile de ricin pour nourrir vos cheveux. Ça va leur faire le plus grand bien, ils vont ressortir très beaux,  nourrit, etc. Et si vous faites une boisson avec de l’huile de ricin, ça va vous nettoyer. Ça va vous envoyer aux toilettes, ça va vous faire un gros nettoyage, ça va vous faire du bien aussi. Mais ça c’est quelque chose à faire à l’occasion.
C’est une purge, ni plus ni moins. C’est à faire à l’occasion, c’est pas à faire tout le temps. Mais ça ne vous fera pas de mal même si physiquement, pour le coup, c’est pas très plaisant. La purge on a connu plus agréable !

N’empêche que par contre, si vous vous prenez je sais pas moi, n’importe quelle marque de shampoing dans le commerce, n’importe quel savon, n’importe quel produit acheté dans le commerce, et que vous vous le mettez sur la peau et que vous ne pouvez pas vous le mettre dans la bouche… Posez-vous des questions !!!

Or tout, quasiment tout ce qui est proposé dans les magasins, ce n’est que ça. A partir du moment où vous prenez ces décisions de changer ça, déjà il va se passer plein de choses à votre niveau. Au niveau de votre santé.

Anecdote sur les effets secondaires quand on favorise l’aspect extérieur (le paraître) sur la réalité intérieure (la dégradation “invisible à l’œil nu” – enfin au départ – de nos corps et de notre santé)

J’ai un autre exemple qui me vient en tête là. Je ne pensais pas parler de ça au milieu de cette vidéo là, mais ça me vient alors j’y vais. C’était une collègue de travail de ma mère, quand ma mère travaillait encore, qui s’était mise à avoir des maux de tête pas possible. Et cette femme là, c’était quelqu’un qui se teignait énormément les cheveux. Alors elle allait chez le coiffeur se faire faire plein de teintures. Elle y allait très régulièrement et elle s’était mise à avoir des maux de tête. Et puis un jour elle discute avec ma mère et ma mère me sort, non mais si elle arrêtait un petit peu de se mettre tout ça sur la tête peut-être qu’elle aurait moins mal. Sur le coup je l’avais regardé, qu’est-ce qu’elle me raconte…

Et en fait, l’anecdote, c’est que ça s’est avéré réel ! En fait elle a arrêté de se teindre les cheveux et, dans ces produits qui lui coloraient les cheveux, ou s’il fallait la décolorer, je ne sais plus… n’empêche que dans les produits qu’on lui collait sur la tête, bah oui, ça lui provoquait des maux de tête ! Ça lui provoquait des problèmes. Alors son aspect esthétique, elle avait l’air de ce qu’elle avait envie d’avoir l’air. N’empêche qu’intérieurement, elle se détruisait complètement la santé. Et ça, c’est un exemple parmi tant d’autres. Parce que là ça s’est révélé plus ou moins rapidement, mais tout tout tout tout est sur le même modèle, tout fonctionne pareil !

Réapprendre à marcher pieds nus et créer l’humain de demain, ma conclusion

Donc voilà je suis partie carrément dans autre chose que mes sandales et mes chaussures minimalistes et ma marche pied nu, le tout pour renforcer les humains que nous sommes, pour créer les humains de ce siècle, de ce XXIème siècle. Pour pouvoir vivre pleinement en harmonie avec notre monde à la fois technologique, sans avoir forcément à nous passer de ce bien-être de pouvoir discuter avec quelqu’un qui est à l’autre bout de la planète via  Internet.

Et peut-être que demain ce sera autre chose, parce qu’on aura appris à développer nos facultés humaines. Peut-être que ce sera par notre esprit tout simplement, qu’on saura le faire. Et sans utiliser pour autant des nanotechnologies.

J’arrête là, j’entends un engin qui arrive derrière. Je vous dis au revoir et à bientôt, dans une prochaine vidéo !

Réapprendre à marcher pieds nus…

Odile

Pour en savoir plus :

  • 29
    Partages
  • 29
    Partages
vel, diam elementum Nullam quis efficitur. adipiscing lectus venenatis, porta. Curabitur