Faire de l’argent, gagner sa vie !

Faire de l’argent est l’expression utilisée dans les pays anglo-saxons et en Allemagne pour parler de gagner de l’argent. En France, gagner de l’argent c’est : gagner sa vie. Du coup, devons-nous en conclure de grandes différences de comportements ? Peut-être bien, oui…

faire de l'argent

(crédit photo pasja1000)

Il y a des petits détails comme ça, qui paraissent anodin et qui au final ne le sont pas du tout. Parce que oui, les mots ont un sens, les mots ont une étymologie, les mots et les expressions nous atteignent en profondeur et ce bien plus que ce que nous imaginons au premier abord.

Retranscription de la vidéo/podcast : Faire de l’argent, gagner sa vie !

Bonjour les fous d’autonomie ! Aujourd’hui je vais vous parler de gagner votre vie ou, selon l’endroit où l’on vit, faire de l’argent. C’est une question à laquelle j’ai été amené à réfléchir, sur ces différentes façons de parler en fonction de notre lieu de naissance, du lieu où l’on vit.
En France, quand on parle de gagner de l’argent, on dit “je vais gagner ma vie”, je vais travailler, je vais gagner ma vie.
Dans les pays anglo-saxons et aussi en Allemagne, on ne dit pas gagner sa vie on dit “faire de l’argent”. Alors selon les interprétations – parce que c’est toujours une histoire d’interprétation –  et puis selon aussi le sens des mots, gagner sa vie ça veut dire que si on ne la gagne pas, on la perd. Là ça vient titiller. Effectivement c’est assez dérangeant, ça veut dire que si on ne gagne pas sa vie, on est mort, ça y est, terminé, remballez, il n’y a plus personne.

Appliquer à la lettre l’expression : faire de l’argent

Si on se transporte un peu plus loin, avec cette approche de faire de l’argent, eh bien moi d’office ça me fait penser à cette histoire que je vais vous raconter. Cette histoire je l’ai trouvé dans le livre – il y a des années – Père riche, père pauvre. D’ailleurs si vous n’avez pas lu ce livre, je vous conseille d’aller le lire très vite !
Dans Père riche, père pauvre, il y a une anecdote concernant l’auteur qui au cours de son enfance voulait faire de l’argent. Il devait avoir quoi, une dizaine d’années le gamin, et avec un copain, ils avaient décidé de monter leur entreprise. Ils allaient faire de l’argent, ouais ! Alors c’était dans les années 50 aux États-Unis, si mes souvenirs sont bons.

Ancien tube/boite de dentifrice dans le style de l’anecdote retracée dans le livre “Père riche, père pauvre”.

A cette époque là, les tubes de dentifrice étaient en métal, rien à voir avec nos longs tubes en plastique actuels bien souples. Et donc les gamins ils avaient cogiter que, bah ils allaient récupérer un max de boîtes, de tubes de dentifrice et donc ils allaient dans tout le quartier réclamer les tubes de dentifrice vides.
Alors au début les gens ça les faisaient rigoler, ils se demandaient ce qu’ils allaient faire avec tout ça, mais comme ça les arrangeait aussi, ça les débarrassait, ils leur disaient “bon bah tiens, vas-y, prends !”. C’était comme un jeu, puis au bout d’un moment le stock grossit, grossit…
Alors les parents du gamin “bon écoute ça suffit !”, “ça suffit, tu vas me virer tout ça, il y en a marre !” et le gosse de répondre “Non non non non, encore un jour ou deux là, c’est bon, j’ai, j’ai… On a ce qu’il faut !!”
Bon, et puis le gamin avec son son pote s’est installé dans le jardin. Il a commencé à ramener tous ses tubes, ces boîtes et il a commencé à les faire fondre. Il avait installé tout ce qu’il fallait pour faire monter en température le métal, le faire couler, le faire fondre. Il avait fait des moules, alors je ne sais plus ce qu’il avait pris ou de l’argile ou… je ne sais plus ce qu’il avait fait… Enfin bref, le gamin était ni plus ni moins en train de recréer des pièces de monnaie, de la fausse monnaie.
Bah quoi, il faisait de l’argent le gosse !
Vous voyez où je veux en venir ? D’un côté il y a ceux qui si tu gagnes pas ta vie tu crèves dans ton coin, de l’autre côté il y a les autres, et les autres ils font de l’argent. Ils font de l’argent et ce gamin, lui, il l’avait prise au pied de la lettre. Bah oui il faisait de l’argent, il faisait de la fausse monnaie.
Alors après je me suis dit, mince je n’ai pas fait de recherches… Alors si le cœur vous en dit, si vous avez envie de faire des recherches, si vous êtes curieux… alors pour le coup moi je serais curieuse de voir vos résultats !
Question : Est-ce qu’il y a plus de faux monnayeurs dans les pays où on dit “on fait de l’argent” que dans les autres pays ?
Je ne sais pas parce que du coup entre ceux qui sont complètement dévalorisés, puisqu’on dit qu’en France, effectivement, ou tu gagnes ta vie ou tu crèves si tu n’arrives pas à gagner d’argent. Et dans les autres c’est tu fais de l’argent ou t’en fais pas. Alors le côté créatif, là le mouflet il était vachement créatif, hein ! Dix ans, ça y est, il montait son entreprise, une entreprise de fausse monnaie, il n’y avait pas de problème ! J’ai trouvé cette histoire excellente.

(crédit photo geralt)

Et donc quand j’ai quand j’ai lu ça, cette différence entre ces deux présentations, de comment on gagne de l’argent, de gagner sa vie ou de faire de l’argent, ça m’a tout de suite fait penser à cette histoire.
Alors la seule recherche que j’ai fait m’a amenée sur… les traders, Wall street… Ils font de l’argent. Ils font de l’argent ! Je souffle juste ça à vos oreilles, je n’en dirai pas plus. Chacun interprète comme il veut.
Mais bon voilà, se sont les petites réflexions qui me sont venues suite à cette histoire de faire de l”argent.
Remarque supplémentaire à la vidéo : Et le bitcoin, les cryptomonnaies et le minage de celles-ci, qu’est-ce donc si ce n’est de faire de l’argent, hmmm… ?

Gagner de l’argent, s’enrichir tout en s’épanouissant

Alors j’avais fait une vidéo un peu provocatrice il y a plusieurs mois,  et avec mon côté provocateur j’avais dit “comment gagner dix mille euros par mois en deux ans?” C’était suite à une question d’un lecteur, et suite à ça, j’avais fait une formation Comment s’enrichir sans risquer le burn-out. heu… sans risquer la tôle aussi hein, vous êtes gentils, vous ne faites pas de la fausse monnaie !
Alors dans cette vidéo je développe aussi pas mal les pièges qu’il y a quand on rêve de sommes comme ça et qu’on pense que ça va nous tomber plus ou moins tout cuit dans le bec rapidement, etc… Donc comment s’y prendre pour s’enrichir tout en gardant un équilibre de vie épanouissant, parce que je ne vois pas l’intérêt d’entasser monnaie sonnante et trébuchante, bitcoin, tout ce que vous voulez, si vous n’en profitez pas, si vous n’êtes pas heureux dans votre vie.
Quand on regarde nombre de vedettes, de stars ou je ne sais quoi d’autre dans les médias etc… Quand on voit le nombre de suicides aussi, ça montre bien que d’avoir des sommes mirobolantes sur son compte en banque, être au volant d’une super voiture rouge ou faire le tour de monde quinze fois par an, ce n’est pas ça qui vous apporte le bonheur.
Personnellement, dans tout ce que je présente, je ne conçois pas d’avoir une vie sans épanouissement, sans bien-être.
Donc voilà “comment s’enrichir sans risquer le burn-out”, vous cliquez en dessous, vous allez trouver l’autre vidéo, celle que j’ai présenté et qui va vous expliquer tout ça plus en détails. Et donc l’objectif c’est pas d’entasser de l’argent comme ça à n’en pas finir, c’est de prendre le temps de vivre, d’être bien avec les siens, avec sa famille, avec ses proches, avec ses amis, c’est de profiter de l’existence comme vous avez envie d’en profiter et ce n’est peut-être pas forcément d’avoir des milliards sur votre compte, tout comme ça peut l’être ! tout dépend de ce que vous avez envie de faire au cours de votre existence, encore une fois et toujours, je radote, mais c’est toujours la même chose, c’est ne jamais avoir de regrets une fois votre dernier souffle venu. Gardez toujours ça en ligne de mire chaque jour qui passe.
Voilà, je vais m’arrêter là, vous cliquez sous la vidéo, vous allez trouver le détail.
Au revoir et à bientôt !
Odile
  • 9
    Partages
velit, efficitur. nec in felis libero. vel, nunc