Démarrer son potager, mon exemple de potager

Démarrer son potager, mon exemple de potager avec une approche à la fois libre et sous surveillance parce qu’il est important de se laisser surprendre par la prolifération naturelle de la végétation. Elle a toujours quelque chose à nous apprendre, à nous faire découvrir. 

démarrer son potager mon exemple de potager

Le premier coin potager se trouve sur la terrasse de la maison. C’est là que j’ai à portée de mains les ingrédients, les plantes que j’utilise en priorité. Ici, sur la photo on peut voir des petits pois, des courgettes, de la salade, des épinards, des poireaux.

Démarrer son potager : un panel de jardiniers au milieu de l’abondance de dame nature

Il y a toutes sortes de jardiniers en ce monde. Il y a ceux qui aiment à avoir des plates bandes nickel chrome, rien qui dépasse, tout sous contrôle (la monoculture en fait partie, qu’elle soit à grande échelle ou dans les jardins). Il y a ceux qui vont tellement loin dans le “sous contrôle” qu’ils ne cultivent plus du tout en terre mais hors terre ! Mais cela ne veut pas pour autant dire qu’ils maîtrisent tout, loin de là. Disons que c’est une approche qui peut en donner l’illusion. Il y a toujours quelque chose qui nous dépasse, c’est ce que j’aime appeler la magie du vivant !

Il y a ceux qui sont partisans du non-agir, ils laissent faire dame nature et leurs récoltes sont ce qu’elles sont (parfois prolifiques, d’autres fois chétives), peu importe, ils se font plaisir comme ça. Il y a ceux qui jouent en même temps dans la cour des non agissants et dans celle de ceux qui aiment avoir un certain contrôle sur ce qu’ils font.

Au milieu de tout ça il y a aussi les adeptes du jardinage sur buttes paillées, ceux qui disent que les buttes ça ne sert à rien, ceux qui crient que rien ne vaut un bon compost, ceux qui clament qu’un bon engrais est la base de tout, ceux qui assènent que sans un bon bêchage point de bonne récolte, etc.

Les avis des uns et des autres sont toujours très intéressants, je trouve, pour y faire son marché en fonction de ses expérimentations personnelles et des résultats qui en découlent.

J’ai donc avec les années, picoré chez les uns et les autres avant de me constituer ma propre base de données jardinage, que ce soit au potager comme au verger. Idem pour tout ce que je fais d’ailleurs, donc dans tous les domaines.

Différentes zones de potagers, le premier étant le plus proche, sur la terrasse de la maison

démarrer son potager mon exemple de potager

Sur la terrasse de la maison, pieds de salades, de thym, de blettes.

Mon premier coin potager est donc celui accessible dès que j’ouvre la porte de la maison. J’y trouve à la fois des herbes (ciboulette, persil et thym), comme des fruits (des myrtilles et des framboises) et des légumes avec en ce moment : salades, épinards, blettes, poireaux, concombres, courgettes, céleri branche, chou rouge, navets et petits pois !

Juste à côté de la porte d’entrée, un chou rouge, des navets, un céleri branche et des épinards, et un poireau !

Mon deuxième coin potager : la serre

J’ai donc une petite serre qui me permet d’y mettre mes pieds de tomates et ce que j’ai envie d’expérimenter à un instant T. (voir dans la vidéo ci-dessus)

Mon troisième coin potager se trouve dans… le verger !

Plus loin de la maison, au beau milieu du jardin, dans une zone que j’avais au préalable réservée pour les groseilliers et autres pieds de cassis, j’ai installé deux grands bacs en bois avec un mélange de fruits (fraises) de légumes (chou rouge, pommes de terre, poireaux) et de menthe.

Enfin j’ai planté il y a quelques années, dans cette même zone, deux pruniers (mirabelles en 1/2 tige et reine Claude en gobelet) et des framboisiers qui s’étalent joyeusement un peu partout, à ma grande joie !

Et donc cette année, comme vous pouvez le voir dans ma vidéo, j’ai ajouter des “nids” de diverses plantations de légumes : haricots, choux rouge et chou fleur, courgettes et concombres.

Mais pourquoi disséminer ainsi mes plantations ? Pourquoi ne pas créer un potager au cordeau ? Pourquoi pas plus de rigueur dans mon approche pour démarrer son potager ?

Démarrer son potager, mes modèles, ceux qui me servent de ligne directrice

Alors oui, j’ai mes modèles fétiches, ceux qui me permettent de poursuivre avec une vision à long terme. Je vous les montre donc ci-dessous, je vous explique tout ça en détail (avec aussi deux pdf, l’un d’un livre tout à fait intéressant et l’autre, d’un extrait de la revue rustica – un vieil exemplaire – pour faire au jardin potager, un montage très particulier, mais je ne vous en dis pas plus, regardez !…) :

***********************************************************************
🔔 Contenu protégé, auquel seuls les membres de Folle autonomie peuvent accéder.



Afficher le mot de passe

🔔Inscrivez-vous dès maintenant pour lire la suite ! (5€ en abonnement mensuel, sans engagement de durée)
Cliquez ici si vous avez perdu votre mot de passe


**********************************************************************

Aux environs des zones potagers et vergers… le poulailler

Le poulailler avec mes coqs Pékin 1000 fleurs âgés de un an et, 3 poules Pékin fauve, de 5 mois. (oui, car depuis ma vidéo j’ai craqué, j’ai acheté des poules pour mes coqs ^^)

Parce que je ne me voyais pas vous parler uniquement des légumes et des fruits sans vous parler aussi des œufs, et donc des poules (ici des Pékin fauve), au milieu de mes coqs Pékin 1000 fleurs.

Voilà mon exemple, quelques idées pour vous, pour démarrer son potager, pour démarrer votre potager ! car en ce domaine comme dans beaucoup d’autres, nous avons tellement à désapprendre pour mieux réapprendre et agir.

Odile

Pour en savoir plus :

  • 8
    Partages
  • 8
    Partages
non eleifend neque. ipsum commodo suscipit mattis felis eget