Compléments alimentaires, pour éviter de crever de faim devant des assiettes pleines

Certains compléments alimentaires deviennent indispensable lorsque l’on sait que… “Les gens aujourd’hui “crèvent de faim devant des assiettes pleines”, si l’on considère les mauvaises habitudes alimentaires courantes et l’apport inadapté en substances vitales.” 

Compléments alimentaires : l'herbe d'orge

Culture d’herbe de blé maison (je fais aussi la culture d’herbe d’orge) avant le passage dans l’extracteur pour y faire le jus qui apporte tous les nutriments nécessaires au corps humain, donc des compléments alimentaires bio et naturels. Alors attention ! il en faut très peu à la fois, sinon nausées et vomissements garantis ! Je me suis fait avoir la première fois. Genre la folle inconsciente qui s’enfile un verre entier de jus d’herbe de blé alors qu’il en faut l’équivalent d’un dé à coudre (bon, un peu plus quand même) à chaque prise tellement c’est du concentré. Maintenant j’en mets tous les matins en mélange avec mon smoothie, c’est très bien pour booster la bête. ^^

Manger cuit et se retrouver cuite

C’était il y a environ trois semaines, après avoir lu Blue zones que je me suis décidée à faire une petite expérimentation. Ca me prend des fois, comme ça, sans prévenir, je décide brutalement de voir ce qu’ils se passe si je remange comme je mangeais avant. Si je mange comme la plupart des gens ici, c’est à dire si je mange cuit (moi qui mange cru depuis presque deux ans). Donc il y a environ trois semaines je me suis remise à manger un repas cuit par jour, histoire de voir les effets, si effet il y aurait.

Dans la foulée et toujours suite à ma lecture de Blue zones, j’ai ajouté un verre de vin rouge à chacun de ces repas cuits (oui j’ai pris ce risque car le vin ici est saturé des pesticides déversés sur le raisin, ça plus je ne sais quels autres produits). Bien sûr j’ai choisi des plats que j’adorais avant, pas folle la guêpe, enfin pas complètement.

Alors, alors, quelles impressions ? Eh bien un besoin irrésistible d’aller faire la sieste après chaque repas cuit. Puis, après la sieste, une nécessité absolue de boire quelque chose de… nourrissant, quelque chose de désaltérant, quelque chose… qui me donne l’énergie que j’ai eu l’habitude d’avoir tous ces derniers mois ! et ce même lorsque j’étais fatiguée, je n’étais pas épuisée, pas éreintée, alors que là je me suis retrouvée cuite en deux temps trois mouvements.

J’ai continué cette expérience sur plusieurs jours car je voulais voir si ce n’était qu’une histoire d’habitude alimentaire perdue, une histoire de réadaptation ou pas. Mais non, car plus les jours passaient et plus j’étais lessivée, cuite, archie cuite, sans force.

Bonus offert : j’ai créé un guide Manger vivant pour régénérer ses cellules ! pour vous aider à appliquer cet article et éviter de crever de faim devant des assiettes pleines… Cliquez ici pour recevoir Le Guide

Au cours des derniers jours de mon expérimentation, je m’étais mise à lire un livre de Barbara Simonsohn Le jus d’herbe d’orge – la boisson naturelle complète, et c’est dans ce livre que j’ai tiré ce passage :

“Mourir de vieillesse est presque devenu une rareté : la plupart des gens meurent d’une maladie ou d’une autre.
Les gens aujourd’hui “crèvent de faim devant des assiettes pleines”, si l’on considère les mauvaises habitudes alimentaires courantes et l’apport inadapté en substances vitales.”

Voilà qui remet les idées en place, voilà qui met le doigt là où ça fait mal. Le fait de me retrouver littéralement sur les genoux (suite à mon expérimentation) pendant que je faisais cette lecture ne pouvait que me conforter dans ce que je pensais déjà avant.

Pour avoir de la vigueur et être en bonne forme physique et intellectuelle ce qu’il nous faut ce n’est pas tant de prendre la vie d’une plante ou d’un animal pour l’ingérer, mais de prendre cette vie du végétal et de l’animal lorsque toutes les vitamines et les minéraux sont bien présents au moment de les avaler !

Aujourd’hui je le dis encore plus fort qu’avant : MANGER CUIT VOUS REND… CUIT.

Les compléments alimentaires naturels

Dans un documentaire d’il y a quelques années, certains détails non négligeables avaient été dévoilées. En effet, d’après des études il nous faudrait maintenant manger 100 pommes de supermarché (en 2015) pour avoir les apports en vitamines d’une seule pomme de 1950 !
D’où l’importance de bien choisir la qualité de ses aliments (bio, variétés anciennes) et de limiter au maximum la cuisson afin de préserver les vitamines et les minéraux dont le corps a besoin.
D’où aussi l’importance à notre époque des jus de fruits frais et des jus vert, une plus grande quantité pour un concentré de nutriments, en plus de la facilité de digestion pour les organismes épuisés.

Pour aller plus loin, je me suis donc penchée sur la lecture de Le jus d’herbe d’orge pour y trouver le type même des compléments alimentaires aujourd’hui indispensables pour régler ce problème de carences qu’apportent les aliments du commerce “traditionnel” – d’ailleurs au rayon des compléments alimentaires, il y en a un autre que j’utilise, c’est le Quinton, de l’eau de mer diluée dans de l’eau de source (à ne pas utiliser si vous faites de la tension).

En fait, à la base nous ne devrions pas avoir besoin de chercher des compléments alimentaires si nos aliments avaient gardé intact toutes leurs valeurs nutritives. Le « Que ton aliment soit ta seule médecine »  d’Hippocrate a été singulièrement mis à mal avec l’industrialisation de notre nourriture. Un retour aux sources s’impose donc par le biais de ces compléments alimentaires naturels, dont l’herbe d’orge.

Extrait du livre :

“Comment le Docteur Yoshihide Hagiwara eut l’idée que les herbes de céréales étaient la nourriture idéale pour les êtres humains ? A l’époque où il travaillait sur les jus de légumes verts et analysait leur contenu, il rendit visite à un fermier dans la péninsule Chita au Sud Ouest du Japon. C’était l’été, mais il ne put trouver aucun des plans de riz qui poussent normalement partout au Japon à cette époque de l’année. A la place, il vit de l’herbe de seigle italien, et de grandes zones d’avoine vert sombre. Le Docteur Yoshihide Hagiwara savait que la vente du riz rapportait 1600$ à l’hectare alors que les feuilles vertes de seigle n’en rapportaient que 120. Évidemment, il demanda au fermier pourquoi il gaspillait sa terre avec un grain improductif. La réponse du fermier fut qu’il pouvait sur une année atteindre un revenu supplémentaire de 4900$ de ses vaches si elles étaient nourries avec de l’herbe de seigle au lieu de foin ou d’herbe de pâturage. Il ajouta que la période pendant laquelle une vache donne du lait était augmentée de cinq à six ans avec cette nourriture. Le Docteur Yoshihide Hagiwara fut étonné d’apprendre de cette manière la capacité des herbes à apporter autant de vitalité et d’énergie.

L’étude de la composition optimale en nutriments et de leur concentration dans environ deux cents plantes contenant de la chlorophylle conduisit Le Docteur Yoshihide Hagiwara à l’herbe d’orge verte. De toutes les plantes qu’il avait testées, les jeunes pousses d’orge avaient la proportion la plus élevée en composants actifs. L’herbe d’orge est riche en minéraux et en vitamines, contient deux fois plus de protéines de grande qualité que le grain de blé, de même que plus de cellulose et moins de calories.”

Ce que j’ai pensé de ce livre

Points faibles
  • Bien trop de répétitions, ce livre aurait gagné à être plus concis.
  • La grande mise en avant du produit du Docteur Yoshihide Hagiwara (sous forme de comprimés, que je déconseille d’ailleurs car il y a de la maltodextrine dans la composition de ces comprimés), cela me fait l’effet d’un bourrage de crâne en faveur de CE produit là alors que plein d’autres solutions existent, des solutions bien plus saines.
Points forts
  • Tout le détail extrêmement bien expliqué des avantages de l’herbe d’orge (principes actifs, quelles vitamines, quels minéraux, etc.) ainsi que selon diverses pathologies.
  • Le fait d’attirer l’attention du lecteur sur les différentes préparations possibles d’herbe d’orge (en comprimés, en poudre, en jus frais, à base d’herbe jeune pousse, à base d’herbe plus mature, à base d’herbe ayant poussée en pleine terre,etc.).
  • Des idées de recettes à la fin du livre.

Je suis contente d’avoir gardé ce livre et de m’être décidée à le lire – j’étais à deux doigts de le mettre en vente sur priceminister au cours d’un de mes nombreux rangements par le vide -, j’y ai appris beaucoup et cela m’a permis de mettre en pratique instantanément, vue l’état déplorable dans lequel j’étais.

Comment retrouver toute son énergie après avoir été cuite ?

La première chose que j’ai fait c’est donc d’arrêter net les plats cuits, puis de boire plus de jus verts avec entre autre du jus de carottes avec des orties ou des feuilles d’oseille-épinards. Le soir je continuais mes salades de tomates avec des feuilles de pissenlits, des fleurs de pâquerettes et des petits oignons grelots (entre autre).

Dans la journée je buvais mes smoothies (3 bananes, une pomme ou une poire, un avocat, 2 œufs pondu tout frais du jour par mes poules + de l’eau et du jus d’herbe de blé maison – voir photo plus haut – ou de l’herbe d’orge en poudre, en attendant que mon orge germe et pousse) et je mangeais à profusion des amandes et noisettes avec des raisons secs.

Puis j’ai eu soudain envie de jambon fumé. Une envie irrésistible de jambon de Bayonne ! Et si vous avez lu mon guide gratuit sur Manger vivant pour régénérer ses cellules ! vous savez donc que je ne suis pas végétarienne (et ce même si je mange peu de viande, voir pas du tout à certaines périodes) et que je mange vivant, c’est à dire cru. Or la viande crue tout comme le poisson cru sont tout à fait dans cette continuité du manger vivant.

Pour avoir votre accès direct au module S’ALICAMENTER, pour que vos aliments soient votre seule médecine ! :

Et là, en peu de jours, j’avais repris du poil de la bête ! je pouvais à nouveau faire mes kilomètres journaliers (marche à pied) sans fatigue particulière, travailler dans le jardin, et vaquer à toutes mes autres occupations. Avec les journées s’allongeant de la saison, je restais à nouveau éveillée jusqu’à la tombée de la nuit pour me lever à l’aube. Bref, requinquée la bestiole, de nouveau en forme pour chaque nouvelle journée. J’étais d’attaque, que dis-je, je suis d’attaque ! et je vous souhaite à tous de connaître cette sensation magnifique de pouvoir tout faire, et ce peu importe votre âge.

Prenez soin de vous

Odile

Note : Tout ce qui se trouve sur ce blog et dans les formations traitant d’alimentation le sont suite à mes expériences personnelles, à mon vécu. Je ne suis pas médecin, je ne suis pas là pour dire ce que vous, vous devriez faire. Ce que je peux dire ne remplace en aucune façon une consultation médicale ou les conseils de tout autre professionnel de santé. Seul votre médecin généraliste ou spécialiste est habilité à l’établissement d’un diagnostic médical et à l’établissement d’un traitement. A partir de là, à chacun de faire ses propres choix.

Liberté-Responsabilité-Autonomie

ebfa258cdd0d31276a32c747b2e69131NNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNN