Accoucher de soi-même pour réaliser sa plus grande oeuvre d’art

Accoucher de soi-même n’est pas simple, c’est un long périple qui demande force et persévérance, qui demande une explosion intérieure de tous ses acquis. De là pourra naître LA grande œuvre.

Bonus offert : j’ai créé plusieurs guides pour vous aider dans votre quête d’autonomie… Cliquez ici pour recevoir Les Guides

une forme de naissance, accoucher de soi-même

(crédit photo sciencefreak)

On me demande souvent c’est quoi folle autonomie pour toi ? En général je réponds que c’est faire sortir notre lutin intérieur, celui qui c’est fait bâillonner par l’éducation que nous avons reçu, le milieu dans lequel nous avons vécu, et au final par nous même à cause de notre manque de combativité et notre manque de confiance en nous.

A cela il y a pourtant bien d’autres choses que je pourrais ajouter ! car ce n’est là que le point de départ.

Une fois votre lutin intérieur débusqué, il va pouvoir pleinement s’exprimer, ce qui va vous permettre d’incarner pleinement l’être que vous êtes. Ce qui va vous offrir toutes les possibilités de votre liberté pleine et entière, vous ouvrir toutes les portes pour expérimenter de nouvelles choses chaque jour si vous le souhaitez.

Savoir sortir des sentiers battus pour accoucher de soi-même

Un exemple tout simple puisque notre époque est celle de l’apparence, du visuel : votre tenue vestimentaire, ou votre coiffure ! votre coupe de cheveux, etc. Qu’est ce qui vous empêche de vous présenter comme bon vous semble si ce n’est vous-même ? bien plus que les codes de la société, enfin si vous êtes maintenant quelqu’un qui a débusqué son lutin farceur… sinon oui, vous êtes toujours sous la coupe des codes de la société.

Les critères sont en fait de savoir si vous faites partie d’une bande, d’un clan, ou non. Les codes servent à cela. Si vous décidez de casser une partie des codes en laissant place à votre fantaisie personnelle, cela passera si vous êtes bien dans votre peau et rayonnez ce bien-être autour de vous tout en respectant malgré tout… la base des codes de votre clan. Par contre, cela ne passera pas du tout si vous passez du costume trois pièces au sarouel pour vos réunions d’affaires ! En clair, dans ce dernier cas, votre façon d’être ne correspond plus à celle que vous devriez avoir selon votre clan, votre bande, votre catégorie socio-professionnelle. Vous avez pris votre indépendance, vous vous êtes émancipé.

Au cours d’une existence, les occasions de changer ces codes sont nombreuses. Mais à quel moment choisissez-vous vos propres codes ? A quel moment décidez-vous de vous affirmer en tant que vous-même, en tant qu’individu autonome ? Uniquement quand vous avez laissé libre cours à votre lutin intérieur, je me répète, c’est la condition sine qua non pour accoucher de soi-même. Avant, vous ne faites que copier ce que vous voyez autour de vous, et vous tentez de vous intégrer dans les clans qui se présentent à vous. Ce ne sont pas là des choix qui viennent du plus profond de vous, ce sont des choix pour faire comme les autres et vous sentir intégré, comme lorsque vous alliez à l’école, puis au collège, pour faire partie de “la bande de”.

Or pour créer pleinement et ne plus copier, il faut d’abord passer par la case émancipation. Il faut quitter cette si longue adolescence (peu importe votre âge) pour entrer dans l’âge adulte, celui de la maturité créatrice. Il faut donner naissance à ce petit être au fond de vous pour que celui-ci vous donne enfin vie, vous fasse réellement vivre. Il vous faut accoucher de vous-même.

Seule la peur de cet inconnu que vous êtes vous maintient dans un conformisme bon teint, celui de monsieur et madame tout le monde, celui qui se tient dans l’ombre de sa vie.

Se donner les moyens de montrer ses couleurs pour accoucher de soi-même

Si je poursuis avec cet exemple de l’apparence, cela veut dire que tout est possible dans la limite que vous vous choisissez, c’est votre pleine liberté ! Cela veut dire que cette limite peut se situer à l’intérieur de certains codes de la société, histoire de ne pas vous retrouver exclus de celle-ci ! ou au contraire à l’extérieur des codes de cette même société ce qui vous place d’office ailleurs, c’est à dire que vous devez alors partir pour trouver un endroit plus conforme à vos critères. Vous choisissez donc de vous exclure, quitte à créer vous-même cet autre lieu qui sera lui, en conformité avec vos exigences ou votre nécessité.

Personnellement j’ai à la fois un pied de chaque côté, en fait, pour être plus précise, je suis sur mon fil, je suis mon fil et l’équilibriste que je suis s’en trouve fort aise. Par exemple, j’ai un un amour immodéré pour les robes et les jupes longues et le confort incroyable qu’elles permettent, sans parler de la ligne générale que cela donne à une silhouette féminine, de l’allure ! devrais-je plutôt dire, mais cela n’engage que moi. J’ai donc une passion pour les longues robes et, plus précisément encore, pour celles de l’époque de Jane Austen, ces robes avec la taille sous la poitrine, et celles venant de l’époque médiévale avec en particulier la chasuble que j’adore porter avec un pull à col roulé pendant les périodes hivernales. Ainsi, l’été je suis en style XVIIIe siècle et l’hiver, en style XIIe siècle !

“Ah oui mais tout le monde ne peut pas forcément trouver comme ça, des vêtements au gré de ses fantaisies !”

C’est vrai, et c’est là que ma façon de voir folle autonomie prend encore tout son sens, car pour pouvoir faire tout ce qui vous passe par la tête, que ce soit au niveau vestimentaire ou à n’importe quel autre niveau, eh bien il suffit de se le faire soi-même…

“Mais tout le monde ne sait pas coudre !”

Ça aussi c’est vrai, et c’est pour cela qu’il est important de se donner les possibilités d’apprendre. D’apprendre toute sa vie durant. D’apprendre, peu importe les désirs, les souhaits du moment, mais continuer d’apprendre toujours et encore pour réaliser au mieux cette œuvre d’art que représente toute vie humaine. Que devrait représenter toute vie humaine ? Oui, peut-être bien… Cette œuvre d’art qu’est VOTRE vie ! à vous, qui en êtes le maître d’œuvre, qui en êtes le créateur.

Oui, vous êtes votre propre œuvre d’art, et en cela cette appellation d’artistes est bien trop réductrice à mes yeux car nous sommes tous les artistes de nos vies.

Débusquez votre lutin intérieur et réalisez votre plus belle œuvre ! VOUS-MÊME.

Oser accoucher de soi-même…

Odile

Pour avoir votre accès direct au module FAIRE SORTIR VOTRE LUTIN INTERIEUR, votre enfant intérieur :
  • 30
    Partages
866b81f8a65fa178dcacb4988659b2cbLLLLLL